Jean Biès

Jean Biès est né à Bordeaux en 1933 et décédé à Paris le 11 janvier 2014. Il a fait ses études de Lettres Classiques aux Facultés d'Alger, puis de Paris.


Son séjour en Algérie lui révèle le soufisme et le prépare à l'exploration des sagesses de l'Orient, l'hindouisme en particulier, qu'il découvrira en 1951, à la suite de la lecture des ouvrages de René Guénon.

Il séjourne au Mont Athos en 1958, qui lui inspirera son premier livre.  Jean Biès soutient en 1965 une thèse de 3eme cycle consacrée à René Daumal, et en 1973, sa thèse de Doctorat d'Etat, Littérature française et Pensée hindoue, qui obtiendra le Prix de l'Asie, de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer.

Il parcourt l'Inde la même année.

Son oeuvre poétique a été couronnée entre temps du Grand Prix de la Société des poètes français.

Jean Biès rencontre Pierre Emmanuel, Lanza del Vasto, séjourne auprès d'Arnaud Desjardins, découvre en 1971 C. G. Jung et l'alchimie. Il collabore à plusieurs revues, dont Questions de, Troisième Millénaire, les Cahiers de l'Herne, et plus tard, Terre du Ciel.

Tout au long de ces années, l'œuvre s'est développée à travers articles et livres. Dans des styles et des genres différents, cette oeuvre se propose, en une période particulièrement critique, de fournir des "clés de vie", de rendre une âme à un monde qui l'a perdue, et d'oeuvrer à l'urgente préparation de l'avenir par un retour au spirituel. 

Le Deuil blanc

Dernière parution
 (à titre posthume)

Poignant journal spirituel intimiste et témoignage exceptionnel d’un accompagnant  de la maladie d’Alzheimer,  le Deuil blanc se révèle, au fil de ces "feuilles de déroute " teintées d’humour et de tendresse, un formidable chant d’amour.

Éditeur : Hozhoni, 2015
ISBN 978-2-37241-016-8