Le soleil se lève à minuit

Initiation aux sagesses du quotidien

Le soleil se lève à minuit
Après une belle préface de Bruno Bérard, où sont convoqués les témoignages de Jean Cocteau, François Chenet, Jean Borella, entre autres, et où se trouve présentée l'œuvre majeure de Jean Biès, celui-ci nous confie quelques aperçus d'une autobiographie intérieure, - poétiques et spirituels (aux deux sens du terme) - : prétextes à illustrer cette loi paradoxale des équilibres compensatoires voulant que nos « nuits obscures » portent en germe lumière et joie, ce qui peut se vérifier jusque dans nos existences les plus ordinaires.

Des souvenirs de jeunesse à la guerre d'Algérie, de l'expérience professorale à de singulières rencontres, des parages de la mort au couple fracassé par une maladie sans nom, toutes sortes d'expériences, tragiques ou teintées d'humour, se succèdent, se renforcent et s'éclairent mutuellement, au gré du jeu des opposés transmués en complémentaires : autant d'initiations d'une sagesse au quotidien conduisant lentement à une individuation.

Ainsi, ce livre nous propose-t-il un véritable viatique mis à la portée de tous ceux qu'anime une quête d'accomplissement. Dans le clair-obscur de la conscience, déjouant les contraires et les harmonisant, le message, rythmé de leitmotive et de synchronicités, se veut hymne à l'espoir : la victoire des ténèbres n'est jamais définitive. Il suffit de savoir veiller : il arrive au soleil de se lever à minuit, ce que savaient les taoïstes ; et c'est à minuit que naît le Christ, « soleil de justice ».

Éditions L'Harmattan, 2011, collection Métaphysique au quotidien - 212 pages

ISBN 978-2-296-56862-4